Fête de Sainte Marie-Madeleine

22 Juillet 2018 : La paroisse fête sa sainte patronne

À l’issue de la procession avec bénédiction des habitants des quartiers de CARQUEIRANNE, le groupe folklorique LA VOIO, en présence de nos invités de l’autre rive de la Méditerranée, nous rappelle la tradition de Sainte Marie-Madeleine et le rôle essentiel du langage dans l’intégration sociale.

Santo-Mario-Madaleno, que la legèndo prouvençalo fai de vous, de pèr vosto arribado de coumpagno emé Marìo Jacoubè, Marìo Saloumè, Marto e Lazare i Santo Marìo de la mar, li proumiés emigra sus la terro de Prouvènço, vous saludan.

Sainte Marie Madeleine, vous dont la légende provençale, fait par votre arrivée aux Saintes-Maries-de-la mer en compagnie de Marie Jacobée, Marie Salomé, Marthe et Lazare les premiers émigrés sur le sol de Provence, nous vous saluons.

Vous que counfoundeguerias lou Crist emé lou jardinié, counfusioun que fai vèire l’impourtanço de fatura lou sòu, mai subre-que-tout l’amo e lou cor dis ome, vous saludan.

Vous qui avez confondu le Christ ressuscité avec le jardinier, confusion qui montre l’importance de cultiver le sol certes, mais surtout l’âme et le cœur des hommes, nous vous saluons.

Vosto demouranço dins la baumo en terro vareso, vous fai la Santo Patrouno de noste despartamen. Tambèn eici dins noste vilajoun, se pòu dire que lou païsage e l’identita terrenalo fuguè basti pèr d’àutris emigra, nòstis ami italian qu’an bagna la camiso pèr fatura lou sòu. Se soun afreira pèr lou biais de la lengo prouvençalo vareso que lèu lèu venguè sa segoundo lengo, lou francés estènt soulamen la tresenco. Aguen vuei uno pensado pèr éli, soun nòsti davancié, an viscu e tengu la terro tant coume an pouscu. Pèr aquéli que perseguisson soun obro, au Canebas au valoun e i Plano, Santo-Mario-Madaleno, Patrouno de Carqueirano, Patrouno di vigneiroun et di jardinié dounas ié la douçour dóu tèms.

Votre séjour dans la grotte en terre varoise fait de vous la patronne de notre département. Et ici dans notre petit village, on peut dire que les paysages et toute l’identité locale a été forgée par d’autres émigrés, nos amis italiens qui des jours et des jours ont sué pour cultiver notre sol. Ils se sont intégrés grâce à la langue provençale varoise qui devint vite leur seconde langue, le français n’étant alors que la troisième. Nous avons tous aujourd’hui une pensée pour eux, ils sont nos devanciers, ils ont vécu et tenu leur terre tant qu’ils ont pu. Pour ceux qui poursuivent leur œuvre au Canebas, au vallon, et aux plaines Sainte Marie-Madeleine, Sainte Patronne de Carqueiranne, Patronne des vignerons et des jardiniers, ayez la bonté de leur accorder la clémence de la météo.

Celebra, ounoura nòsti davancié, qu’acò agrado o desagrado, es faire provo de respèt, es viéure plenamen noste tèms e alesti l’aveni sus li foundamen indispensable de l’istòri.

Célébrer et honorer nos devanciers, cela plaît ou non, mais c’est faire preuve de respect, c’est vivre pleinement notre temps en préparant l’avenir sur les fondements indispensables de l’histoire.

Vuei, aculissen calourentamen li membre de la parròqui d’Argié Ié souvetant uno bono arrestado encò nautre. Tambèn aculissen nòstis ami touristo Ié souvetant bono tancado, mai parlon forço l’anglés, coume d’àutris ome, femo e enfant que sus de marrido barco travesson nosto bello Mieterrano riscant sa vido pèr de jour que ié souvetan meiour.

Aujourd’hui nous accueillons des représentants de la paroisse d’Alger, nous leur souhaitons un bon séjour. Nous accueillons aussi volontiers nos amis touristes, nous leur souhaitons de bonnes vacances. Beaucoup parlent l’anglais, comme d’autres hommes, femmes et enfants qui, sur des bateaux de fortune traversent notre belle Méditerranée au risque de leur vie pour des jours que nous leur souhaitons meilleurs.

Aqui diguen mèfi ! Nàutri, Prouvençau sabèn ço qu’acò significo vèire uno lengo que dins gaire de tèms se parlara plus. Pensan vuei que lou francés es deja en dangié. L’agregacioun dèu passa pèr l’aprendissage de la lengo dóu païs ; coume lou dis Frederi Mistral « qu tèn la lengo tèn la clau ».

Nous disons attention ! Nous provençaux, nous savons ce que c’est que de voir une langue qui s’oublie. Nous croyons le français déjà en danger. L’intégration doit passer par l’apprentissage de la langue du pays, comme le dit Mistral « Qui tient la langue tient la clé ».

Es en souveni de nòstis àvi que vuei avèn charra en prouvençau. Bessai que sian de Dinousauro !

Aujourd’hui en souvenir de nos anciens nous avons tenu à vous parler dans la langue provençale. Peut-être sommes-nous pour vous des dinosaures !

Mai pèr bello finido, Prouvençau de la bono, reprenen en li moudificant dous vers de la cansoun gardiano de Jòusé d’Arbaud :
« Mi fraire Prouvençau, sian qu’uno pougnado
Mai sauven la terro e faguen signau. »

« Prouvençau de la bono » : pour finir nous reprendrons en les transformant deux vers de la chanson gardiane de Joseph d’Arbaud :
« Mi fraire Prouvençau, sian qu’uno pougnado
Mai sauven la terro e faguen signau. »